LE TESTAMENT DE LA TANTE CAROLINE

À la mort de tante Caroline, ses trois nièces vertueuses se pressent pour toucher son énorme héritage…

…mais une clause pernicieuse va mettre la pagaille : douze mois pour faire un enfant, sinon tout part à l’Armée du salut ! Or, l’aînée est entrée dans les ordres, la seconde est trop âgée et la plus jeune, quoique mariée, est stérile.

Des personnages grotesques « qui devraient être joués sans crainte d’exagérer leurs effets » comme l’indiquait le compositeur Albert Roussel, dont c’est le seul opéra achevé. Sa partition, qui demande une grande dextérité de jeu et de liberté, sera interprétée par les Frivolités Parisiennes et une distribution fabuleuse.